Tout ce que le syndic de copropriété doit avoir pour travailler

Tout ce que le syndic de copropriété doit avoir pour travailler

Lorsqu’un immeuble dispose de plusieurs lots avec différents propriétaires, il doit être géré par un syndic de copropriété. Il s’agit d’une obligation légale. Cet organe a pour principale mission d’administrer et de gérer les finances de la copropriété. Celui-ci doit remplir un certain nombre de conditions pour pouvoir exercer son travail en toute légalité. Ci-après, découvrez quelles sont –elles.

Une carte professionnelle pour travailler en tant que syndic

La première chose que le syndic doit avoir s’il veut exercer son métier est une carte professionnelle. Étant donné que cet organe de gestion pratique une activité commerciale, il doit par conséquent être immatriculé au registre du commerce et des sociétés. Le fait qu’il n’en dispose pas une signifie que son mandant au sein d’une copropriété est caduc.

Cette obligation concerne plus principalement les syndics professionnels. Ce sont dans la majorité des cas des sociétés immobilières. Avant d’en engager un, il faut s’assurer que le représentant légal du cabinet détient cette autorisation. Les salariés ne sont pas obligés d’en posséder un. Il convient également de préciser que si un gérant dispose d’une carte professionnelle, mais qu’elle est en cours de renouvellement, il peut tout de même exercer son métier.

À noter que ce sont les Chambres de commerce et de l’industrie qui délivre les cartes professionnelles. Celle d’un syndic de copropriété doit entre autres porter la mention « syndic et gestion ». Pour en apprendre davantage sur le sujet, rendez-vous sur le site https://easysyndic.be/.

être un syndic de copropriété

Les autres conditions à remplir pour être un syndic de copropriété

Tous ceux qui veulent exercer ce métier doivent notamment prouver leur aptitude professionnelle. On peut ainsi faire valoir des expériences passées ou encore des diplômes. À noter qu’il n’y a pas de diplômes spécifiques requis pour devenir syndic. Toutefois la possession d’un bac + 2 minimum en droit, comptabilité ou gestion immobilière est nécessaire. Elle doit être complétée par une solide expérience professionnelle. Rien n’empêche les personnes disposant de formation plus élevée dans le domaine de l’immobilier de travailler en tant que syndics.

Une autre exigence que les prétendants à ce poste doivent respecter est la possession d’une garantie financière suffisante. Celle-ci lui permettra entre autres d’assurer les fonds qu’il va gérer dans le cadre de l’exercice de son métier. La loi demande une somme de 110 000 euros en minimum.

Le syndic de copropriété doit également souscrire une assurance en responsabilité civile professionnelle. Cela permet notamment de couvrir les complications financières que le gérant pourrait être responsable. Le conseil syndical doit vérifier que le syndic est couvert par cette assurance au moment de la sélection lors de la mise en concurrence. À rappeler qu’il s’agit d’une procédure à suivre dans la désignation d’un syndic par l’ensemble des copropriétaires. Ces derniers ont tout intérêt à ce que ce professionnel remplisse cette condition.

Le syndic doit également prouver qu’il n’est pas frappé par une sanction qui l’empêche de travailler en tant que tel. S’il est de bonne foi, il devra présenter tous ces documents avant d’entrer en fonction sans qu’on les lui demande.

Related Posts